fbpx

La ralingue

Elle distingue ce cordage servant au renforcement des voiles d’un bateau. Au Québec, on dit aussi d’une ralingue qu’elle est une lanière n’offrant que peu de valeur d’utilisation, on l’appliquait notamment à une étroite bande de cuir en cordonnerie. Au sein de l’Ancien Monde maritime nord-américain, ce terme définissait, plutôt, une découpe très estimée chez les anciens pêcheurs d’origine acadienne. Acadianisme bien imbriqué dans le folklore maritime québécois, et tout aussi présent dans le patrimoine immatériel acadien des provinces maritimes et de l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon au sud de Terre-Neuve, le terme « ralingue » se définissait, au long de l’ensemble de ces côtes maritimes, comme cette pièce grasse prélevée du flétan sous forme de lanière qui était comprise entre la chair et les nageoires de celui-ci.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis ultricies nec