Close
CARNET-B

novembre 21, 2019

La ruée vers l’eau

Une curieuse course aux gisements d’eau de source minérale a déjà eu lieu dans les basses terres du Saint-Laurent; un terrain de jeu exceptionnellement riche en minéraux, qui était, rappelons-le, il y a plus de 10 000 ans, nul autre que le lit des mers postglaciaires de Goldwaith et De Champlain.

Certaines sources découvertes lors de cette ruée commerciale du 19e siècle se manifestent encore aujourd’hui. Pensons ici aux sources du village de Saint-Justin, ou encore à celle de Saint-François-du-Lac reconnue sous le nom «Abénakis». Mais qu’en est-il de ces gisements, qui, autrefois populaires, semblent aujourd’hui s’être taris?

En creusant un peu, on découvre que certains gisements ont jadis connu une renommée mystique. Du moins, cette affirmation colle bien à l’engouement qu’ont suscité les sources d’eau minérale de Saint-Léon, près de Louiseville en Mauricie.

 

 

Passant sans contrainte d’antidote à la fièvre typhoïde à boisson digestive première de classe, on comprend que le phénomène commercial de la Saint-Léon ratissait un public large. Cette popularité finira même par dépasser nos frontières, car si l’on pouvait trouver de la Saint-Léon en bouteille à Québec et à Montréal, on pouvait également en dénicher à Toronto, à Paris ainsi qu’à Londres. Ajoutons à ce portrait ambitieux, que, pendant de nombreuses années, tout près des lieux de ces sources, se trouvait une usine d’embouteillage et une station thermale accolée d’un prestigieux hôtel de 154 chambres. Cet établissement hôtelier, le St-Leon Springs Hôtel, en proie au vent, s’effondra en 1906.

Cette dernière image illustre bien que tout ce qui monte finit un jour par redescendre. Un malheur n’arrivant jamais seul, c’est à partir du début des années 1900, qu’au profit des stations balnéaires et de la montée des boissons gazeuses, que la vogue des eaux minérales chuta. Pour sa part, entre quelques initiatives et transferts de titre, le mythe commercial des sources de Saint-Léon finira par s’éteindre en 1965 lorsqu’un incendie ravagea l’usine d’embouteillage pour de bon.

Ce joyau minéral ressurgira-t-il un jour? L’histoire est à suivre…

novembre 21, 2019